Accueil
avec les organisations de Sail Training en Allemagne, Australie, Belgique,
Bermudes, Canada, Danemark, Espagne, Finlande, Irlande, Italie, Lettonie,
Norvège, Nouvelle Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Russie, Royaume-Uni,
Suède, U.S.A., est membre fondateur de :
Entrez sur le site international

.


Conférence - Musée de la Marine de Paris

Cycle Mer, Marine et Environnement
jeudi 11 février 2010 - 19 h 00 - En présence de l'équipe du film.


Les coulisses du film OCEANS de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud


Article (c) Myriam Villert




C’est dans un auditorium comble que François Sarano et Stéphane Durand nous ont dévoilé les coulisses du tournage à grand renfort de making-of , d’explications scientifiques et techniques, le tout illustré par de savoureuses anecdotes.
François Sarano, vous le connaissez tous pour l’avoir vu pendant 13 ans au côté du Commandant Jean-Yves Cousteau, comme plongeur, conseiller scientifique, et chef de mission sur la Calypso. Il est aujourd’hui docteur en océanologie et plongeur professionnel.
Stéphane Durand est quant à lui biologiste, ornithologue, journaliste scientifique, et suit les aventures cinématographiques de Jacques Perrin depuis 1997 en tant que co-auteur et conseiller scientifique.

Cette conférence tombait à point nommé pour se replonger à nouveau dans l’immense matrice bleue de notre planète, jonglant habilement entre l’infiniment abyssal et l’infiniment grandiose, parmi ces images fabuleuses, féeriques, envoûtantes et émouvantes du film Océans. N’allez pas croire que l’emploi de superlatifs est ici exagéré. Les éloges pleuvent, c’est un véritable raz de marée au travers des box-offices internationaux à l’image de ces Fous du Cap qui fondent frénétiquement par centaines, par milliers sur d’énormes bancs de sardines.
Rien que pour la France : 2 200 000 entrées en 4ème semaine de présence en salle et le succès nippon, qualifié de « blockbuster», est exceptionnel !

Il faut dire qu’Océans est un grand voyage, une symphonie aquatique et poétique commencée au début de l’année 2002. Un long travail de recherche, de repérage et de sélection indispensable s’est opéré avant de lancer le tournage en 2005. Trois années ont été nécessaires pour établir un guide des espèces et déterminer celles qui seraient filmées (pas moins de 80 au final !).

Les 75 expéditions menées sur 4 ans ont balayé pas moins de 54 sites de l’Arctique à l’Antarctique.
3.700 heures de plongée effective (dont 60 heures consacrées uniquement aux grands requins blancs) ont permis d’obtenir des images d’une beauté saisissante. “ Nous voulions montrer la mer comme les poissons la vivent ” argumente François Sarano, “ il fallait se faire accepter par les animaux sans forcer la rencontre avec l’homme ”. Toute la magie réside dans la confiance gagnée auprès des différentes espèces filmées et la proximité imposée par le choix du grand angle pour ne pas trahir les émotions. C’est aussi à l’aide de recycleurs à circuit fermé (plongée sans bulles) que les plongeurs ont su se faire le plus discret possible.

Océans, c’est aussi des moyens considérables et des nouvelles technologiques de pointe à la hauteur des exigences des réalisateurs, à l’instar de Thétys, cette caméra gyrostabilisée fixée au bout d'une grue sur un zodiac surfant à 40 km/h sur une mer pas toujours facile. Ou encore Birdyfly, ce minuscule hélicoptère électrique et silencieux, permettant par télécommande de filmer dans le creux des vagues, de précéder des hordes de dauphins acrobatiques pour en saisir l’impression de vitesse et de vitalité. On en oublierait presque Jonas, le ''poisson-caméra'' capable de filmer en “ nageant ” aux côtés des orques, des baleines et des dauphins avec la même fluidité, la même vitesse, le même mouvement harmonieux.

Cependant, Océans ne se veut pas un documentaire, mais un film sur la mer. Le parti pris se veut radical : laisser dire les images.
Et cela fonctionne parfaitement. Poissons, crustacés et mammifères sont plus que des acteurs, ce sont des premiers rôles.
Il ne fallait pas pour autant faire abstraction de toutes les nuisances dues aux activités humaines :
l’homme et son arsenal d’armes de pêche, de déchets, de poisons, l’homme capable du pire…des images pour éveiller les consciences.
Et capable du meilleur : l’homme respectueux créant des sanctuaires protégés, en perpétuelle quête de nouvelles espèces encore inconnues, se réconciliant avec les êtres de la mer les plus redoutés, les plus menacés, les plus familiers.

Océans, on pourrait en parler inlassablement des heures et des heures entières presque autant que les 480 heures d’images au total tournées... François Sarano et Stéphane Durand nous ont promis que celles-ci seraient prochainement exploitées pour des documentaires télévisés. De quoi se réjouir d’avance non sans une petite pointe d’impatience.

Que dire de plus sinon que dorénavant nous ne pourrons plus dire " L'Océan ? C'est quoi l'Océan ? ", cet univers nous est désormais moins inconnu grâce au travail formidable de Jacques Perrin et de ses équipes.

Précipitez-vous en salle si vous ne l’avez pas encore fait : vous allez vivre une fascinante immersion dans une exceptionnelle biodiversité marine !

N'oubliez pas de consulter le site dédié au film : http://www.oceans-lefilm.com/

Auteur Myriam Villert

 

Webmaster - Version n°03-2010 / Crédits / Plan du site.......................................... ....................................................... .........................................................CONTACTS - Amis des Grands Voiliers © 2010