Menu icoMenu232White icoCross32White
SANTA MARIA MANUELA

SANTA MARIA MANUELA

· Classe A

· Gréement: goélette à quatre mâts

· Année de construction: 1937

· Chantier de construction: Companhia Uniao Fabril (CUF)

· Restauration: 2007 / 2010

· Chantier de restauration: Navalria et Factoria Naval Marin

· Longueur HT : 68,65 mètres

· Largeur : 9,90 mètres

· Tirant d'eau : 4,50 mètres

· Déplacement : 993 t

· Voilure : 1130 m2

· Stagiaires : 50

· Port d'attache : Aveiro

· Pavillon : Portugal

· Propriétaire : Jeronimo Martins Group

 

 

 

 

 

 

Entre les deux guerres, le Portugal construit trois goélettes destinées à la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve: la Santa Maria Manuela, le Créoula et l’Argus. Ce sont des goélettes à quatre mâts à coque en acier. Les deux premières sont construites en 1937 dans les chantiers navals de Lisbonne. La troisième sera construite en Hollande en 1939.

Elles sont construites en acier de qualité supérieure, l’acier utilisé était à l’origine destiné à des bateaux militaires qui n’ont pas été construits. La coque est renforcée pour leur permettre de naviguer dans des mers froides souvent couvertes de glace. Une partie est équipée de cales à poisson subdivisée en deux secteurs, l’un avec chambre froide pour conserver le poisson frais, l’autre avec cale de stockage de la morue salée.

A l’origine, l’équipage est composé de 54 hommes, dont le capitaine, deux officiers de passerelle, trois officiers mécaniciens, deux cuisiniers, dix jeunes marins de pont. Le reste étant les pêcheurs.

Les pêcheurs déposent en début de journée des lignes de fond de plusieurs kilomètres en embarquant à bord des doris. Elles seront récupérées en fin de journée. Les coques des goélettes est peinte en blanc pour être plus facilement retrouvée par temps de brouillard. Il arrivait aussi que des chiens soient embarqués à bord des doris pour qu’ils soient plus facilement localisables grâce aux aboiements.

La Santa Maria Manuela effectuera ainsi de nombreuses campagnes de pêche, jusqu’au début des années 90. Après avoir été modifié à plusieurs reprises, il est proposé à la démolition. En 1994, quelques nostalgiques créent la Fondation Santa Maria Manuela pour sauver et restaurer la goélette, dont la coque, entièrement dépouillée est entreposée dans un chantier de démolition d’Aveiro. Mais la Fondation n’arrive pas à réunir les fonds pour la restaurer, et la coque reste abandonnée pendant 12 ans.

En 2007, l’industriel et armateur Pascoal & Filhos rachète la coque et propose de restaurer le voilier dans son état d’origine. Sous la direction du capitaine Antonio M. Correia de São Marcos, la coque est remise en état en 2008 et remorquée jusqu’au chantier espagnol Marin à Pontevedra. Il est entièrement restauré à partir des plans originaux. Les aménagements extérieurs seront bien sûr entièrement repensés. Dotée de cabines particulièrement confortables et fonctionnelles, du matériel de navigation de dernière génération, de moteurs neufs et puissants, de mâts entièrement métalliques, la goélette peut accueillir désormais une cinquantaine de stagiaires dans les meilleures conditions.

Depuis 2012 la goélette participe régulièrement aux Tall Ships Races et Tall Ships Regattas.

 

 

 

 

 

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus